10702212_10154803745925430_4806564977688101134_nParce que non, les antillais ne font pas que du zouk et que la richesse musicale va tellement plus loin que Franky Vincent, la Compagnie Créole et Zouk Machine… Entendez-moi bien : je n’ai rien contre le zouk - bien que je déplore la francisation des textes ces dernières décennies -, ce n’est simplement pas ce que je préfère (même si je ne suis pas la dernière à apprécier un bon vieux zouk love classique, dans la bonne ambiance, avec le bon partenaire… Mais ce n’est pas le propos…) Je souhaite juste tenter un tour d’horizon non exhaustif de différents genres et artistes antillais que j’écoute et apprécie pour les amateurs de découvertes musicales et de voyages culturels.

Soyez les bienvenus dans mon juke box lokal où « Ah oui mais j’aime pas le zouk » n’est pas une excuse… Servez-vous un rhum et bon voyage ☀

 

LA BASE : le Gwo Ka

"Patrimoine immatériel de l’Unesco", mais croyez-moi, c’est un patrimoine bien concret, bien vivant et il n’y a qu’ici qu’on peut réellement palper le pouls de ce que je pourrais qualifier de « battement de cœur de la Culture Guadeloupéenne », le cœur de la Guadeloupe est un Ka. Que ce soit sous la forme d’un lewoz, à la piétonne, ou le mas qui déboule comme un flux de sang dans les artères des communes pompé par le rythme des tambours. Le Ka c’est l’ADN de la Guadeloupe, son histoire, son âme. C’est du moins la perception que j’en ai et je ne crois pas être trop loin de la réalité. En la matière, LA référence, c’est Akiyo. Des lewoz, des concerts, des albums, un mas impressant (voir video) et une incroyable mission de transmission, il faudrait un livre pour expliquer ce que représente Akiyo. Il n’est vraiment pas évident de résumer en un paragraphe le Gwo Ka, encore une fois, c’est quelque chose qui se vit. Et encore, de l’intérieur. Bien que percussionniste dans une autre vie, professionnelle de la Culture et ayant approché de plus prêt le concept, n’étant pas née ici, je ne  suis pas sûre d’être un jour capable de comprendre à 100% ce qu’est l'essence profonde du Gwo Ka… La linguiste en moi ne peut s’empêcher de faire l’analogie avec le terme et la notion de Ka de l’Egypte Antique qui correspond à une sorte de Force Vitale et « est une notion complexe à laquelle il est impossible de donner une définition homogène »

AKIYO à Lacroix dimanche gras 2017 (KARATA)

 

Bref, amateurs de percussions et musiques traditionnelles, c’est pour vous.

Dans la catégorie traditions n’oublions pas le Bèlè de nos amis Martiniquais bien sûr (sinon, je vais me faire engueuler… man za tann yo jiré mwen, coucou les gars). Vivant en Guadeloupe je suis beaucoup moins calée sur la question bien que j’ai tout de même quelques bases, je connais mon Eugène Mona, je ne suis pas complètement larguée.

LES CLASSIQUES : le Jazz

Pour ceux qui aiment le jazz, si vous ne connaissez pas le jazz créole vous passez à côté de quelque chose. Ce thème là, il dépasse laaaargement la Guadeloupe, les Antilles et la Caraïbe. Et puis historiquement si on regarde bien, le jazz c’est créole à la base. On est bien d’accord que le blues est né dans les champs de cotons du sud des Etats Unis ? Bah voilà ! Avant de me faire trucider par les puristes en tous genres (I see you), par créole, j’entends « créolophone », je sais que la définition du mot varie en fonction d’où on se trouve (mais on reparlera de sociolinguistique créole comparée dans un autre article, voire plusieurs…). Des artistes qui parlent créole quoi… et pour le cas qui nous intéresse ici, créole francophone (oui y’a aussi les créoles anglophones, hispanophones, lusophones… ça aussi on en reparlera un de ces quatre). Bref….

Encore un genre extrêmement riche et prolifique. Un vivier d’excellents musiciens Martinique, Guadeloupe sans discernemant : Mario Canonge, Alain Jean-Marie, Jean-Claude Montredon, la Famille Fanfant (je suis obligée, ils sont tous doués), Michel Alibo, Arnaud Dolmen, Jonathan Jurion, Grégory Privat, Wody Cereyon, Mike Clinton, Gregory Louis, Jean-Michel Lesdel, Sonny Troupé, … (impossible que je nomme tout le monde en une seule fois, vous êtes trooooop nombreux les mecs !!!!) en plus ils se mélangent y’a plein de projets, allez fouiner un peu…

 

Man Gécochon Extrait

CARIBBEAN VIBE : le Reggae

Lors de ma toute première visite aux Antilles, il ne m'a pas fallu longtemps pour réaliser que le reggae n’est en fait que l’expression musicale de la nature caribéenne, une tentative de traduction du Natural Mystic, la voix (et sans doute également la voie) du zion omniprésent et omnipotent. Cette grosse basse bien lourde,  c’est le roulement des vagues, la guitare rythmique c’est le dialogue des grenouilles et des crickets pendant la nuit. La nature chante ici, en permanence (c’est d’ailleurs en grande partie pour ça que je suis là) et je trouve absolument fascinant que les mecs aient réussi à mettre ça en musique… Alors dans le domaine reggae lokal, ma playlist est plus martiniquaise. Comparativement, le reggae martiniquais est plus développé (roots et « raggamuffin », ce je ne sais quoi reconnaissable de suite au riddim). Le reggae est présent en Guadeloupe mais plus underground.

Dans ma playlist il y a Straïka (depuis aussi longtemps que Straïka chante je crois bien), Mantuff (Album Mes Voyages la super surprise de mon père noël 2015), Big Famili (Foundation… l’école du sound system mais aussi des mixtapes, des albums à deux ou en solo : Baron Black, King Kalabash) , Yaniss Odua (alors lui il ne sort pas d’albums souvent mais quand il le fait, il ne plaisante pas), Tiwony (réel soldat actif), Sista Jahia (la miss à surveiller, de plus en plus de live), Issa (batteur/chanteur live en trio acoustique cajon/voix, basse, guitare et présent dans le casting de Music Explorer sur France Ô). Ah et j'ai failli oublier Smiley (comme quoi finalement j'ai quand même des guadeloupéens dans ma playlist)

Straika D. feat Mantuff on chantera quand même - Clip Officiel

GWADA URBAINE : le Hip Hop

Bien qu’à ma connaissance le rap kréyol est né avec les Negkipakafèlafèt, crew martiniquais et que Kalash soit partout en ce moment, la Guadeloupe est plus urbaine et non seulement ça se voit dans  l’architecture (la Martinique n’a pas tant de cités et de barres d’immeubles) mais forcément aussi dans l’expression artistique. Il suffit d’ouvrir les yeux pour se rendre compte que l’art urbain est partout (et les graffitis sont d’une qualité surprenante… mais on en reparlera aussi à une autre occasion éventuellement). Résultat : du HIP HOP ! Et encore une fois, il a beaucoup d’artistes intéressants dans différents courants, c’est super riche, y’en a pour tous les goûts. J’ai beaucoup consommé de rap dans les années 90 et 2000 mais le rap bling et le vocoder ont eu raison de mes oreilles et j’ai fini par me tourner vers le hip hop euh… « world » (?), des projets plus « alternatifs ». Ceci dit il y a tellement à découvrir dans cette catégorie que j’avoue que j’ai du mal à suivre. Je pourrais vous faire un historique du Karukera Crew, du No Clan etc... mais trop long à expliquer et avec le temps ils sont finalement dans la catégorie suivante pour certains... Je ne dirai qu'une chose : BF!!!

STAR JEE & EXXÒS Feat. Karukéra Crew - BF Man ! (FULL version)

Parmi les artistes que j’ai découverts depuis mon arrivée et que j’ai pu également voir sur scène pour certains lors de la fête de la Musique 2016 au Memorial ACTe ou dans le cadre de KamoLari 2015, ma première recommandation de son c’est Madame Khyla, organisatrice des deux évènements précités et foundation MC bang bang !!!! Dans la lignée, son fils d’une autre mère Naïki. Et je ne peux pas oublier la youtherie du 142 désibèl un crew réparti en Guadeloupe et en France. Je pourrai en citer plein d'autres (Warped, Pon2Mic...) mais ils sont vraiment nombreux...

Naiky - Éphémère

 

CEUX QUI NE TIENNENT PAS DANS UNE SEULE CASE : Kako Mizik

Aaaaaaaah Kako Mizik !!! Ce sont les artistes que j’écoute et que j’apprécie le plus. Ils portent toutes les catégories sus mentionnées, tous à un dosage différent. Ils sont à la croisée des générations, des influences, des mondes et des styles avec chacun un univers propre et identifiable. J’avais parlé de G’Ny dans un article précédent et je vous renvoie également vers l’article de Libération paru suite à l’édition 2016 de Terre de Blues. C’est ce qu’on entend appeler « Nouvelle Scène ». Ces artistes là, on en reparlera plus largement et je pense régulièrement. Certains seront sans doute étonnés que je les classe dans cette catégorie mais s’ils ont parfois du mal à classer eux-mêmes leur musique, il y a de fortes chance qu’ils expriment l’esprit Kako. Mais je devrais certainement interroger plus longuement les principaux intéressés. Bref :

G'Ny - Mizik an nou ft. Jocelyne Béroard

D’un point de vue professionnel, ce sont les projets que je trouve également les plus prometteurs, exportables à l’international. Des univers fusion à la fois actuels mais porteurs de traditions et d’influences multiples. Profondément enracinés tout en étant des enfants de leur génération. Ceux qui écoutent Radio Nova (coucou !...), je pense que ça vous plaira… Comme je parlais de dosage plus haut, je vais ajouter après le nom de l’artiste la tendance… MAIS, ce n’est qu’une perception personnelle (bon, pour certains, j’ai failli les mettre dans plusieurs catégories et puis j’ai pensé « mais non, tu vas faire un paragraphe Kako voyons, sois cohérente… »)

Pour les amateurs de Mix, je ne peux que vous envoyer découvrir les sons d’exXÒs MètKakOla et du KakOLabO en binôme avec Doob6. Ah y’a aussi des beattapes et plein d’autres choses (suite dans des prochains articles).

Tysmé feat. Meemee Nelzy - FWÈSH

Pour ce qui est des artistes que j’affectionne particulièrement avec ceux que j’ai déjà cité plus haut ma playlist inclus pour n’en citer que quelques uns… Meemee Nelzy (Jazz/Soul, son dernier projet et mon coup de cœur 2016, les précédents sont tout aussi doux), Tysmé aka Mano D.I.S.H.A.N.G.O (Hip Hop -jusqu’à ce jour j’écoute régulièrement Exostymé un de mes classiques, si vous aimez Tribe Called Quest & J.Dilla, c’est un univers qui devrait vous parler) et son acolyte Jamal (I-Shango Sound, le projet vient de sortir, Fwesh héhé), Erik Pédurand (mmm Jazz je dirais… Tribute to Mona, traditionnel réadaptation musicale par Erik & The Keeys : très objectivement un des meilleurs live que j’ai vu – plusieurs fois – en un an. Propre, rien à dire), Riddla (ce type est un caméléon doté d’un talent, d’un humour et d’une productivité qui me laisse SYSTEMATIQUEMENT sans voix, je suis incapable de déterminer une tendance. Historiquement Hip Hop mais putain kompa, bouyon, zouk, balade, rap, dancehall, soca, rnb… il fait tout et il le fait bien, sans compter les parodies et la réactivité face à l’actualité… #RiddlaPrésident), Paille (ah un Martiniquais… lol. Lui aussi il est un peu comme Riddla, il est à l’aise dans différents styles avec talent, conscience et humour… tiens c’est marrant, j’avais jamais fait le parallèle entre les deux. Mais Paille, il vient de Sainte Luce – Sainte Luce, c’est comme le Gwo Ka en Guadeloupe, ça ne s’explique pas ça se vit…). Enfin, sans doute ma plus jolie découverte depuis mon arrivée en Guadeloupe : Dimitri Paul (soul/beatbox, finaliste de Music Explorer… mais je le connaissais avant, hihi, merci Riddla… Alors Dimitri, pour ceux qui seront à même de comprendre les références c’est une fusion de Jean-Michel Rotin avec Sly Johnson aka The Mic Bouddah du Saïan Supa Crew… lol, pardon Dimitri)

PARIS CHÉRIE - Erik Pédurand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PAILLE - Coucou Freestyle 2 Et Demi (Crazy Jab Riddim) (2016)

Bien, ça fait un paquet de liens, vous avez de quoi faire, c'est déjà une introduction fournie… Et comme je disais au début c’est simplement un tour d’horizon « non-exhaustif » et qui n’inclut pas le zouk. On va dire que c’est à peu près ce que j’écoute dans la voiture, sur le net ou que je vais voir en concert en ce moment, les artistes dont je surveille l’actualité et l’évolution de façon assidüe mais ils sont loin d'être les seuls. J'en profite d'ailleurs pour les saluer au passage et tous ceux que je n'ai pas cités aujourd'hui... big up et pa moli!